Frivole Echappée

Une chambre aux couleurs fades.

Un  lit aux  draps  bien pliés

Comme une vie bien rangée.

L’ennui  de deux  corps sages.

 
Juste quelques compromis,

Sans ivresse et folles caresses.

Une nuit sans sommeil,

S’endormir  sur sa tristesse.

 
L’autre dort et d’ennui,

Rester les yeux ouverts,

Suant  sur les idéaux

De désirs torrides et chauds.

 
Si un cœur fidèle  se plait

D’amour acquit, ne ment jamais,

Ignorant la cruelle idylle

De l’aventure clandestine.

 
Boire enfin les yeux nouveaux,

Les yeux nouveaux d’une fantaisie.

Les mains glissant sur une courbe,

La jolie courbe d’une seule envie.

 
Pris au piège d’un souffle d’extase,

Haletant de tous les fantasmes

D’une frivole échappée,

Fusion mortelle, le mal est fait.

 
Avoir le courage et se dire

Qu’un amour pouvait mourir,

Au grès d’accoutumances,

Des routines et d’insouciances.

 
Tant de silences et d’évitements,

Face au pire, est-il encore temps

De souffler sur la braise tiède

D’un feu laissé seul et dormant ?

 
Avoir le cœur et se dire

Qu’un amour peut revenir.

Au grès des jours et prises de conscience,

Avoir envie de tout réparer ou recommencer.

 

Paroles : Olivier Loin