La robe rouge

C’est un mirage, une image sans pareille.

Elle m’éblouit, un peu comme le soleil.

Je la regarde sans me faire à l’idée

Que sa danse va me réveiller.

Elle danse, se lance un peu dans tous les sens.

De ces grands yeux qui brillent de mille feux,

Sa robe rouge m’enivre de son jeu.

J’essaie en « vin » de boire son innocence.

R
Sa musique lui rentre dans la peau.

Elle se donne, s’envole un peu plus haut.

Et Je m’égare et plante le décor.

Elle m’enchante et s’envole encore.
 

C’est l’illusion de la grâce et du charme

D’une beauté que mon regard réclame.

Je suis le fer attiré par l’aimant

Et Je m’étale dans mes rêves indécents.

R
Sa musique lui rentre dans le sang.

Son sourire allié de gestes lents.

L’effervescence, attise la passion.

C’est La réjouissance d’une invitation.
 

J’entends la sirène de mes songes et mes rêves,

Je tente une échappée, embrassant la marée.

Je nage à contre sens dans une lutte incessante,

Fuyant la magie d’un combat sans merci.

R
Sa musique me rentre dans le cœur.

Elle me donne bien plus que du bonheur.

Et c’est si fort, je ne peux plus m’en passer.

Et Je m’évade, j’en suis fou à lier.

Je dois m’en aller ou je vais craquer…

Ou je vais craquer !

 

Paroles : Olivier Loin